Commençons par parler du vin !

Avec parlonsvin.fr, l’œnologie n’aura plus de secrets pour vous. La dégustation du vin fait appel à certains de vos sens et demande de s’exercer pour déterminer toutes les subtilités des différents types de vin. Plusieurs éléments vous permettront de réussir votre dégustation et de profiter pleinement du nectar que vous tenez entre vos mains.

degustation vin

L’environnement

Avant de déguster, il est essentiel d’avoir un bon environnement. Un endroit calme et doux (environ 20°), sans odeur parasite, est idéal. Évitez les chambres aux murs de couleur vive ou aux nappes rouges, mais le blanc est parfait ! Si vous dégustez en dehors du repas, de préférence en fin de matinée, vos sens seront mieux aiguisés. Évitez ou mangez des aliments aux saveurs neutres, comme le pain, afin de ne pas interférer avec le test de goût.

Les verres

Utilisez un verre, le même à chaque fois, afin de pouvoir juger les vins de manière égale. Si vous prévoyez de faire une longue série de dégustations, nous vous recommandons de recracher systématiquement les vins que vous dégustez. Lorsque le moment est venu de goûter vraiment, remplissez le verre au tiers de sa hauteur pour pouvoir l’incliner et libérer les arômes.

Les yeux

Étudiez la couleur ou la « robe » du vin. Tenez votre verre devant une lumière vive et sur un fond blanc. Posez-le ensuite et observez les subtils changements de couleur sur les parois du verre. Les nuances des vins rouges varient selon l’origine et l’âge : violet, rubis, cerise, grenat pour les vins jeunes et tuile, orange ou brun pour les vins plus âgés. Les vins blancs secs vont de l’incolore au jaune paille en passant par le jaune doré. Les variétés douces et sirupeuses ont des couleurs plus prononcées, de l’or pâle à l’ambre. On parle aussi de l’intensité de la robe, qui reflète la densité du vin (profond, sombre, équilibré, pâle, clair), ainsi que sa douceur (opaque) et sa clarté (lumineuse, éclatante, terne, sombre).

Le nez

Sentez le vin dans un verre à pied et remuez le liquide dans un mouvement circulaire avant de commencer à sentir pour améliorer la perception des arômes et leur intensité. Il existe neuf familles d’arômes : fruité, floral, minéral (silex, calcaire), végétal (herbe, foin, broussailles, champignon), fumé (fumé, barbecue, grillé, caramel, cacao, tabac, brûlé), boisé, animal (gibier, cuir, fourrure, musc), balsamique (résine), chimique (oxydé, iode, soufre).

La bouche

Prenez une petite gorgée de vin, mettez-le doucement dans votre bouche et inhalez. N’oubliez pas que nous percevons les odeurs avec le dos de notre nez (phénomène olfactif inverse). Nous remarquons également des tanins veloutés, soyeux ou rugueux sur la langue, de la puissance ou de la finesse et, surtout, de l’équilibre. N’hésitez pas à « mâcher » le vin. En avalant, évaluez la durée des arômes dans votre bouche, parfois mesurée en « queues ». (l’équivalent d’une deuxième unité de mesure).