« Comment ça, le rosé c’est pas du vin? » dégustation à Toulouse

 

Je suis doté d’une couleur appétissante bien visible au travers de ma bouteille transparente, je suis fait à partir de cépages Blancs de Noirs par saignée, de presse ou de macération, ma couleur varie du rose pâle au rouge cerise avec quelques nuances parfois orangées, pour une grande partie des amateurs, est bue mais non considérée comme « VIN » à part entière, je suis, je suis ???

LE VIN ROSE BIEN SUR !

En plus d’être désaltérant, le vin rosé (tranquille ou effervescent) nécessite une vraie technique, un savoir faire et une attention particulière à tous les niveaux, presque plus que les vins blancs et rouges qui eux ne porte que « peu » d’importance à leur couleur.

Voici quelques explications :

Contrairement à certaines légendes, le vin rosé n’est pas issu du mélange de vin blanc et de vin rouge. Le vin rosé demande beaucoup de savoir-faire pour son élaboration.

Il est issu de la vinification de Raisins Rouge (peau) au jus Blanc appelés blancs de noirs. Comme pour les vins Rouges, la peau coloré va être utilisée pour colorer le jus plus ou moins fort selon la méthode d’élaboration

On  compte trois types de rosés : 
Le rosé de macération : Ce type de rosé est élaboré à partir d’une vendange de raisins noirs mise en cuve jusqu’à 24 heures avant le début de fermentation afin que les baies libèrent la pulpe, la peau, les pépins et le jus de raisin. Durant cette courte période de cuvaison, les pigments et les arômes contenus dans la pellicule du raisin imprègnent le jus et le teinte au point de donner sa couleur au rosé. On presse alors le moût pour séparer la partie solide (peau, pépin) du jus que l’on met seul à fermenter à basse température (18 à 20°C) pour préserver au maximum les arômes.

Le rosé de pressurage : Cette technique consiste à presser directement les grappes entières ou éraflées, juste après la vendange. Une fois le jus récolté, il est mis en cuve et la fermentation débute. Dans ce cas, le rosé possède une robe plus claire, de couleur saumon, que le rosé de macération.

Le rosé de saignée : Le rosé de saignée est obtenu à partir d’une vendange mise en cuve, comme pour le rosé de macération, mais destinée à produire du vin rouge. Après quelques heures de macération, on libère une partie du jus contenu dans la cuve et qui a déjà pris une teinte rosée, pour le vinifier à part. Le reste de la vendange est quant à lui laissé dans le cuve initiale afin de produire du vin rouge.

Seul le champagne est autorisé à assembler un VIN BLANC et UN VIN ROUGE pour pouvoir obtenir cette belle couleur rose appétissante mais cette technique sera abordée lors d’une future dégustation champagne !

Pour découvrir ces techniques autour d’une dégustation inscrivez vous à la prochaine séance du 18 Juillet 2019 grâce à ce lien : https://www.billetweb.fr/rs-selection-juillet19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *